mardi 22 octobre 2013

LES DECORATIONS

Les traces des ancêtres décorés se retrouvent dans de nombreux dépôts, telle les Archives de la Légion d'honneur . Auparavant, dans celles de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, par exemple . Pour l'Ancien Régime, les fonds de l'ancien cabinet des Titres, à la Bibliothèque nationale, demeurent essentiels .



LA LEGION D'HONNEUR



La légion d'honneur a été créée par Napoléon Bonaparte en 1802 . Elle comprend les classes suivantes : chevalier, officier, commandeur, grand-officier, grand-croix .
Les dossiers de ses détenteurs peuvent être consultés aux Archives Nationales, où ils ont été déposés en 1953 . Ils forment une série à part et comportent un fichier alphabétique qui s'étend de 1802 à nos jours . Il est à noter que la Légion d'honneur, dans un certain nombre de cas, peut-être donnée à titre posthume . La date qui figure alors sur le brevet d'attribution de la Légion d'honneur peut donc être postérieure au décès de la personne : même tombé au combat en 1914, tel aïeul aura peut-être reçu la dite distinction en 1920 .



LES DECORES DES "ORDRE DU ROI"



Sous l'Ancien Régime, le roi récompensait ceux qu'il estimait comme de bons serviteurs en leur décernant l'un des "ordres du roi" . Pour retrouver la trace des bénéficiaires, les fonds de l'ancien cabinet des Titres, à la bibliothèque nationale, restent essentiels .
  • L'ordre de Saint-Michel
Crée par Louis XI en 1469, il jouit d'un énorme prestige jusqu'à la mort d'Henri III . Ses membres doivent appartenir en théorie à la noblesse et avoir effectué un service d'au moins dix ans , soit militaire, soit civil, dans les cours souveraines . Réformé en août 1665, il est limité à cent chevaliers, qui doivent avoir fourni les preuves de trois degrés de noblesses personnelle .
  • L'ordre du Saint-Esprit
Familièrement appelé le "cordon bleu", il est crée en 1578 par Henri III . Les titulaires doivent être déjà chevaliers de Saint-Michel et gentilshommes . Aucune dispense de preuve ne fut accordée sous l'Ancien Régime, d'où les fausses preuves, comme celles produites par le maréchal de France Alphonse d'Ornano, en 1595 . La dernière promotion date du 31 mai 1830 .
  • L'ordre royal et militaire de Saint-Louis
Familièrement appelé le "cordon rouge", il est crée par Louis XIV en 1693 . Il récompense les officiers militaires en activité sans aucune distinction de naissance .
A partir de 1750, il devient un ordre anoblissant "par trois générations successives de chevaliers de Saint-Louis" . Dissous en 1791 par la Constituante, rétabli par la Restauration en 1814, il est supprimé en 1830 . Presque tous les chevaliers de l'ordre figurent dans les trois volumes de l'Histoire de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis (1693-1830), d'Alexandre Mazas (1860) .




LES AUTRES DECORATIONS



Comme aujourd'hui, les décorations portés sous l'Ancien Régime sont nombreuses .
  • L'ordre du Christ
Ordre portugais successeur de l'ordre du Temple, il fut porté par certains officiers français ou ingénieurs du Roy tel Massiac, père du ministre de la marine de Louis XV . Les premiers templiers se nommaient du reste milites Christi . L'ordre du Temple étant supprimé en 1312, une branche portugaise de celui-ci fut recréée dès 1319 sous le nom d'ordre du Christ .
  • L'ordre de Malt
Dit aussi ordre hospitalier et militaire de Saint-Jean-de-Jérusalem, il est fondé vers 1099 . L'ordre se fixe à Jérusalem à partir de 1187, puis à Saint-Jean-D'acre, avant de se réfugier à Chypre, à Rhodes puis, en 1530 à Malte, où il demeure jusqu'à la prise de l'île en 1798 par Bonaparte . Pour être admis dans l'ordre, il fallait en théorie prouver la noblesse de ses huit arrière-grands-parents . Mais les exceptions furent très nombreuses . Tous chevalier pouvait se faire relever de son vœu de célibat et se marier après avoir quitté l'ordre .
  • L'ordre de Saint-Lazare
Créé en 1120 sous le nom d'ordre des chevaliers hospitaliers de Saint-Lazare-de-Jérusalem, il s'établit dans les lieux saints . Réfugiés à Saint-Jean-D'acre, il se fixa en Orléanais au XIV e siècle . En 1608, il fut réuni à celui de Notre-Dame du Mont-Carmel . Dissous en 1791, il imposait aux chevaliers huit générations de noblesse paternelle sans anoblissement, non compris le présenté .
  • L'ordre de Saint-Etienne de Toscane
Créé en 1562 par le grand duc Cosme Ier de Médicis, il commémore sa victoire de Marciano sur les français le 2 août 1554, jour de la fête de saint Etienne . Les chevaliers devaient respecter la règle de saint Benoit, défendre la religion catholique et combattre les Barbaresques . Les archives peuvent être consultées au palais conventuel à Pise, en Italie .
  • L'ordre du Saint-Sépulcre
Crée du temps des croisades et réinstitué par le pape Alexandre VI Borgia, il honorait les personnes nobles et riches ayant fait un pèlerinage en Palestine . A partir de 1561, Pie IV a autorisé le gardien des religieux de Saint-François, en Terre Sainte, à ordonner des chevaliers du Saint-Sépulcre .
  • L'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare
Il naît de la fusion en 1572 de l'ordre de Saint-Lazare et de celui de Saint-Maurice, fondé par Amédée VIII, duc de Savoie, en 1434 . Cet ordre est devenu celui de la "Couronne d'Italie" lors de l'arrivée sur le trône de Victor-Emmanuel II, en 1861 .












Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom

http://Fun4Days.Com/?share=164403

http://www.facebook.com/BERNE.genealogiste