vendredi 25 octobre 2013

LES ARCHIVES HOSPITALIERES POLICIERES ET JUDICIAIRES

Les archives hospitalières, policières et judiciaires présentent, en général, un grand intérêt généalogique . Lorsqu'une recherche est déjà bien avancée, elles donnent des renseignements variés et riches qui sont autant d'indices nécessaires à la reconstitution d'une histoire familiale souvent étonnante .




LES ARCHIVES HOSPITALIERES
 


Les archives hospitalières, comme les archives policières, sont "tristes", car il n'est jamais agréable d'avoir un aïeul "mendiant" mort à l'hospice ou mentionné au registre d'écrou . Mais elles sont précieuses, car elles contiennent bien souvent les seules traces qu'ont laissées sur terre les "pauvres gens" . Longtemps, en effet, l'hôpital ne fut pas le domaine des malades au sens contemporain du terme, les riches se faisant soigner chez eux . Il fut plutôt celui de la misère et de l'exclusion .
L'inventaire et le classement des archives hospitalières a été organisé par une circulaire de Napoléon III en date du 10 juin 1854 . Ces archives sont très riches . Mais leur localisation est extrêmement variable . Certaines se trouvent dans les hôpitaux eux-mêmes et, à Paris, aux archives de l'Assistance publique, qui centralisent les fonds de l'Hôtel-Dieu et des autres établissements parisiens .
Plus souvent , elles sont disponibles aux Archives départementales (série H ou H supplément pour la période antérieure à 1790, série X pour la période postérieure ) .
  • La série GG des Archives municipales
C'est la série à consulter pour tout ce qui a trait aux hôpitaux avant 1790. C'est également là que l'on retrouvera la trace de tous ceux pour qui l'hôpital fut ultime rempart face à la misère : les mendiants, les orphelins, les enfants trouvés et abandonnés mis sous tutelle, les prostituées, les infirmes et les pauvres "incurables" entretenus "dans un lit" à l'hospice grâce aux legs pieux de tel ou tel notable du lieu, les vieillards ....
  • La série Q des Archives municipales
Elle concerne la période postérieure à 1790 . On y retrouve le nom de l'aïeul hospitalisé, le nombre de jours d'hospitalisation, son âge, et des bribes d'état civil, comme son lieu de naissance et, encore plus rarement, sa filiation . Les enfants nés à l'hôpital figurent aussi sur ces registres, la date de naissance correspondant alors à la date d'admission § En procédant par élimination, il est parfois possible de retrouver la filiation des enfants abandonnés nés à l'hôpital : le nom de la mère figurera forcément au nombre des admises dans les heures, voire dans les jours précédents ....




LES ARCHIVES PENITENTIAIRES ET POLICIERES
 
 

Les archives des prisons et autres établissements pénitentiaires se trouvent pour la plupart aux Archives départementales, classées dans les série Y . Elles mêlent des informations sur les "mauvais garçons", les bourgeois ruinés emprisonnés pour dettes, les jeunes "engagés" politiquement face aux pouvoirs monarchiste ou impérial, mais aussi les gardiens de prisons et les fonctionnaires de l'administration pénitentiaire .
  • Les archives de la préfecture de police de Paris
Autre source d'information, ces archives comprennent quatre séries : les pièces relatives à l'administration des lieutenants généraux de police de 1667 à 1789 ; à l'administration de la police pendant la Révolution de 1789 à 1800 : à l'administration de la police sous l'Empire et au commencement de la Restauration, de 1800 à 1820 ; enfin une exceptionnelle collection de livres d'écrou des prisons du département de la Seine .



LES ARCHIVES JUDICIAIRES



Les archives judiciaires de l'Ancien Régime sont conservées en série B des Archives départementales et en série G pour celles des "officialités" c'est-à-dire des tribunaux ecclésiastiques .
Les archives judiciaires de Paris et du département de la Seine sont, quant à elles, conservées aux Archives nationales, qui disposent de plusieurs fichiers et d'inventaires.
Les archives des justices de paix du XIX e siècle sont les plus intéressantes . Elles contiennent des pièces telles que des scellés, des tutelles et des curatelles, des "jugements déclaratifs d'absence" etc ...
Pour retrouver ces archives, il faut préalablement connaître le canton et le juge qui s'occupait de la commune où l'on effectue des recherches . En possession de ces indications, il faudra ensuite se rendre aux Archives départementales et y exploiter la série L (pour la période de 1790-1800) et la série U (pour la période 1801-1840) .















Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom
http://Fun4Days.Com/?share=164403