samedi 19 octobre 2013

LES ARCHIVES DIOCESAINES

Constituées par l'Eglise catholique en 1801 après la signature du Concordat, les Archives diocésaines sont des archives privées, conservées par l'évêché . Il ne faut pas les négliger, car les documents qu'elles contiennent pourront parfois se révéler très utiles .



QUE CONTIENNENT-ELLES ?



Essentiellement les registres (que l'on appelle aussi post-concordataires) dans lesquels les prêtres ont continué, et continuent, à enregistrer leurs actes religieux de baptêmes, bénédictions nuptiales et, durant un certain temps, les sépultures .
Comme les registres d'avant 1793, ceux-ci ont été tenus en double exemplaire, l'original  restant à l'église ou au presbytère, le double étant déposé aux Archives diocésaines, c'est-à-dire à l'évêché (sauf dans le cas où ce dernier les a déposées aux archives départementales ) .
Jusqu'à des circulaires de 1954, leur contenu est resté variable, et très proche de ceux d'avant 1793, notamment longtemps dépourvus de tables, qui n'apparaîtront qu'au début du XX ème siècle, et ne seront jamais que des tables annuelles . C'est d'ailleurs à cette même époque que l'on voit l'instauration de mentions marginales de mariage, imitées des mentions laïques, que les acte de mariage donnent les références des baptêmes et que l'on arrête la tenue des actes de sépulture .
Notons encore que ces archives peuvent conserver également des procès-verbaux de visites pastorales, des dossiers concernant l'enseignement catholique, les œuvres paroissiales, etc .
En principe accessible sur place, généralement à l'évêché et sur rendez-vous, ces archives sont soumises au délai classique rencontré pour les archives laïques . Le chercheur ne doit pas espérer obtenir des renseignements par correspondance .



L'INTERÊT DES ARCHIVES DIOCESAINES



Elles sont souvent capitales, et cela à plusieurs niveaux .
En premier lieu, en cas de lacunes d'archives, elles peuvent suppléer aux carences des registres d'état civil . C'est notamment le cas à Paris, où elles ont d'ailleurs été quasiment toutes déposées aux Archives de Paris .
En second lieu, on peut, grâce à elles, contourner puis résoudre certains blocages . Ainsi, en exploitant les actes de baptême, les mentions concernant les parrains et marraines fournissent des pistes souvent décisives vers une paroisse du voisinage, lieu d'origine de la mère ou de la famille . On peut ensuite aller rechercher l'acte de mariage des parents . Et  travailler de même à partir des témoins, cités dans les actes de mariage, qui orientent à leur tour les recherches vers des lieux où la famille avait des attaches .










Généalogie : recherchez vos ancêtres, publiez votre généalogie, consultez l'état civil ... Trafic Booster Annuaire pro libarticom

http://Fun4Days.Com/?share=164403